La plantation d’arbres en milieu urbain

Pourtant cela paraît si simple. Il suffit de creuser un trou et de le laisser aller. Pourtant ce n’est pas aussi simple que cela. L’arbre qu’on implante chez soi a besoin d’être dorloté sinon c’est sa survie qui est menacée ou bien il aura à faire face à toute sorte de problèmes pour lesquels il n’est pas toujours bien préparé.

Pour faire le point sur le reboisement d’arbres en milieu urbain, j’ai préparé une série d’articles qui se diviseront en quatre parties c’est à dire:

  1. Le choix de l’essence, sa localisation et sa mise en terre.
  2. L’entretien et la protection de notre arbre.
  3. Les aspects légaux vis-à-vis la présence d’arbres en milieu urbain.
  4. Quels sont les arbres dangereux pour nous-mêmes ou les bâtiments.

Donc à chaque semaine on abordera un sujet. Débutons par le premier sujet c’est-à-dire :

Partie 1 Le choix de l’essence, sa localisation et sa mise en terre

Cela n’a pas pour but de donner la recette exacte à suivre mais plutôt des pistes de réflexion pour pouvoir poser les questions appropriées et trouver des réponses dans certains cas lorsque viendra le temps de mettre un arbre en terre.

  1. Le choix de l’essence

Sur le marché il y a beaucoup d’arbres d’ornement de disponibles.  Chacun a ses propres exigences. L’ Association québécoise des producteurs en pépinière en recommandait 154 essences d’arbres différentes dans sa toute dernière publication.  Voici quelques indices pour s’y retrouver un peu mieux.

Ce choix devrait être influencé par les facteurs suivants : la nature et richesse du sol, le drainage, un feuillu ou un résineux, la hauteur et largeur qu’il peut atteindre, sa tolérance au sel s’il est près d’une route publique qui en reçoit durant l’hiver, l’espace que le propriétaire a de disponible, un endroit venteux ou non, le risque d’être affectée par un insecte ou une maladie, sa valeur esthétique, un endroit ensoleillé ou non, etc.

Pour vous aider à faire un premier choix il y a le site d’ Hydro- Québec qu’on peut consulter avec le lien suivant : https://arbres.hydroquebec.com/recherche-arbres-arbustes.

  1. Sa localisation

Il faut tenir compte de la hauteur et largeur qu’un arbre atteindra tout au long de sa vie. S’il reste petit cela laisse plus de possibilités pour le choix de son emplacement.  Il en va de même si nous avons affaire à un grand terrain.

Il ne faut pas, par exemple être trop près de la maison, de la rue, des voisins, d’une ligne électrique ou de conduite de gaz naturel ou des canalisations.

La société d’arboriculture a publié ce fascicule quant aux distances à respecter pour les services publics qu’on peut prendre connaissance avec ce lien:  https://www.siaq.org/_fascicules/service-public.pdf.

  1. Sa mise en terre

Il ne suffit pas de creuser un trou et d’y placer l’arbre en lui souhaitant bonne chance. Un arbre d’ornement coûte environ 120 à 200$ pour une hauteur variant entre 1,5 et 3 mètres. Il a été traité au petit soin avant de se retrouver dans un pot ou une motte. Il faut faire de même au moment de la mettre en terre sans toutefois exagéré. Il existe une façon bien précise de le faire qui est décrite dans le site suivant : http://espacepourlavie.ca/etapes-de-plantation. Très bon site d’ailleurs avec beaucoup d’informations sur les arbres.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *